Une équipe agile, c'est comme l'équipe du Dr House

L’autre soir, je regardais un épisode de Dr House (oui, ça arrive) et j’ai été frappé par la similitude entre le fonctionnement de son équipe et celui d’une équipe agile.

Dr House

Pour ceux qui ne connaissent pas Dr House, il s’agit d’une série américaine dont le “héro”, le Dr House, résout en équipe des cas médicaux difficiles, voire impossibles - en tout cas, dont le pronostique vital est largement prononcé. Comme médecin, Dr House est vraiment très fort, brillant, surprennant, mais il a besoin d’une équipe pour fonctionner. Seul, il dépérit et ne peut résoudre les problèmes qu’on lui pose. Comme être humain, il est invivable, mais cela ne nous intéresse pas ici.

Comment fonctionne cette équipe ? C’est très simple : un patient arrive, au seuil de la mort. En observant tous les symptômes, l'équipe soumet un feu continu d’hypothèses et de causes possibles au reste de l'équipe afin de trouver comment soigner leur patient. La discussion se déroule à bâtons rompus, et chaque hypothèse est soit démontée immédiatement (un symptôme manque ou bien ne colle pas avec le reste), soit validée ou invalidée par l’expérience (un examen médical ou une expérience folle qui risque de mettre en danger le patient).

Dans mon équipe

Eh bien dans une équipe agile, c’est pareil. Quand on rencontre un bug ou quand on cherche à faire évoluer son architecture pour le prochain palier de trafic de son service, il n’y a pas de solution immédiate, évidente qui saute aux yeux de tout le monde. Si une solution immédiate existe, alors il n’y a pas à en parler, on l’applique et c’est terminé.

Alors on procède comme le Dr House : on part des symptômes (comportement incorrect de l’application, augmentation des temps de réponse, charge importante de la base de données…) pour arriver au correctif ou à l'évolution souhaitée. On fait des ateliers, ou parle au café, le midi, le soir devant l’entrée du bureau. On émet des hypothèses, on pousse une idée qui nous semble absurde jusqu’au bout afin d’en tirer les bons éléments. On pose des questions, soulève les difficultés posées par une idée, propose des scénarii du type “qu’est-ce qui se passe si le serveur reboote à ce moment précis ?” ou “que se passe-t-il quand le disque dur est plein ?".

À la fin, notre patient est soigné et le client est content.

Alors ?

Alors, votre équipe fonctionne-t-elle comme celle du Dr House ? Tout le monde exprime-t-il ses idées les plus folles librement, challenge celles des autres ? Dans le cas contraire, qu’est-ce que vous attendez pour établir le meilleur diagnostique pour résoudre le problème qui vous préoccupe actuellement ?