Ce site est désormais IndieMark niveau 1 !

IndieMark est l’indicateur issu de l’IndieWeb pour mesurer ses progrès vers l’autonomie sur Internet.

Je suis très heureux de passer dès à present le niveau 1 qui représente l’indépendance web classique + IndieAuth. Il comporte les éléments suivants :

  1. Identité : posséder son propre nom de domaine (ici jp.caruana.fr) ; pas de difficulté ici, je possède caruana.fr depuis plus de 10 ans
  2. Authentification : avoir mis en place de la Web Authentification et avoir créé sa propre page sur https://indieweb.org/ avec un lien pointant vers son site après s'être authentifié avec son propre site : ma page est là
  3. Posts : avoir posté du contenu original (à date, plus de 60 contenus de type posts et près de 3000 contenus de type note (récupérés via twitter)). Pour chacun de ces contenus, il faut :
    • des liens permanents (c’est le cas)
    • que ces entrées contiennent des méta-données microformats de type h-entry : c’est le cas aussi
  4. Recherche : on doit pouvoir faire des recherche sur ce site depuis l’extérieur (depuis Google par exemple), avec au choix :
    • autoriser les robots à indexer le site, donc pas de fichier robots.txt (c’est le cas ici) ou un fichier robots.txt qui autorise les robots à venir
    • que le contenu soit posté en HTML “pur” sans besoin de javascript pour pouvoir l’afficher (c’est la moindre des choses je trouve), c’est le cas ici
    • pouvoir faire des recherches spécifiques à mon site depuis un moteur de recherche, c’est à dire pourvoir faire une requête "site:jp.caruana.fr un truc" dans google : ça marche déjà !

Valider tout cela nous permet de réclamer son niveau 1 :

Each of those four areas (identity, authentication, posts, search ) helps fill out your Level 1 “ring”. Completing all four completes your Level 1 ring and then you can claim IndieMark Level 1.

Je remplis tous les critères : je suis donc IndieMark niveau 1 😁

Par ailleurs, je ne suis pas très loin du niveau 2 non plus (voire même par certains aspects les niveaux 3 et 4), mais on en reparlera quand j’y serai.

A suivre…